melbourne-casino

poker, actualités de novembre 2020

C’est l’heure de résumer toute l’actualité poker de ce mois de novembre 2020. Entre tournois d’envergure, performances inédites et faits insolites, ce mois de novembre conserve son lot de nouvelles très intéressantes. Prêt pour une escapade dans l’univers très enflammé du meilleur jeu d’argent au monde ? Détails !

Risque de perte de licence pour l’organisateur des Aussie Millions

Crown Ressorts Limited, le gérant du Casino de Melbourne, rencontre actuellement de nombreux déboires susceptibles d’invalider sa licence d’opérateur de jeux de casino. Le projet très attendu de l’ouverture du Sydney Casino pourrait donc ne jamais voir le jour du fait de la situation actuelle de l’opérateur.

Les nombreux faits de blanchiment dans les casinos de Perth et de Melbourne, et la célérité des ennuis judiciaires qui pèsent sur le Crown Ressorts sont les principales motivations de l’enquête publique ouverte récemment. Le 1er février prochain, la commissaire Patricia Bergin devrait prononcer sa décision soit d’abroger la licence de l’opérateur soit de la conserver, mais en y rajoutant de nouvelles règles en adéquation avec celles de l’Independent Liquor and Gaming Authority.

L’issue de cette affaire semble, cette fois, plus délicate à prédire, tant les tensions entre le gouvernement et le Crown Ressorts se sont enflammées ces dernières semaines. Pour cause, l’opérateur va inaugurer un hôtel 5 étoiles et même des restaurants de l’établissement, tout en mettant en pleine capacité la partie gaming. Une tentative de « soft opening » perçue comme un véritable acte de provocation.

SECOOP : des chiffres impressionnants pour PokerStars, la France pas glamour

Depuis le 25 octobre, la plateforme de poker en ligne de PokerStars accueille le prestigieux festival SECOOP (Southern Europe Championship of Online Poker). Le bilan financier des pokermans français à ce stade de la compétition n’est pas très satisfaisant.

Des 68 tournois disputés jusque-là, les joueurs français n’ont réussi à décrocher que 7 titres (dont 5 en une seule soirée). Le calendrier titanesque de 183 tournois prévus avec à la clé 10 millions d’euros ne présage encore rien de définitif pour la délégation tricolore. Pour faire mieux, elle doit ravir les premières places aux joueurs portugais et espagnols principalement.

Les performances à 5 chiffres sont, de plus en plus, réalisées par des joueurs étrangers. La compétition bat son plein, et c’est PokerStars qui se régalent avec plus de 200 000 entrées sur les évènements du SECOOP.

Une mise incroyable de 30 millions et une plainte devant la justice

The Park Lane Club de Londres, le luxueux antre de jeux de casino basé à Londres, est au cœur d’un bras de fer avec un ancien joueur. Le joueur concerné, Juste Puharic, a introduit une mise de 30 millions à la roulette et n’a finalement empoché que 1,68 million d’euros. Le croate se sentant lésé attaque l’établissement en justice.

L’homme d’affaires explique que s’il a misé si gros, c’est notamment en raison de l’offre de cash-back de 0,9 % promise par The Park Lane Club. Selon les calculs, en misant 30 218 221,71 € entre le 26 et le 30 mai 2015, Puharic aurait dû encaisser une commission de 271 963,34 €.

L’offre de cash-back est, selon lui, ce qui a le plus motivé sa prise de risque. Pour le moment, les avocats des deux parties tiennent des versions contradictoires avant le procès qui se tiendra devant la London’s High Court.

Duel entre Doug Polk et Daniel Negreanu

Les deux grands joueurs de poker étaient en tête à tête pour un duel intéressant en ligne. Daniel Negreanu, qui avait pourtant bien commencé en gagnant 117 500 $ en une session live de 200 mains, fut complètement renversé par Doug Polk.

Lors de la deuxième manche du duel entre les deux hommes, Negreanu alias le Kid Poker a laissé filer, au bout de 424 mains, un billet de plus de 218 000 $. Son adversaire reprend donc la tête du duel en tirant un profit net de 101 792,78 $ en 624 mains.

Élection de Joe Biden et incidence sur le poker en ligne américain

En se référant à certaines décisions prises par l’administration Donald Trump, les amateurs s’accordent pour dire qu’une réélection aurait, très probablement, affecté négativement le poker en ligne au pays de l’oncle Sam. Dans le même temps, on nourrit assez d’espoir quant à l’élection de Joe Biden, ancien vice-président de Barack Obama, qui, d’une manière ou d’une autre, a participé à retirer le poker online du champ du Wire Act. Cette action a permis à quatre États américains de réguler ce secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.